5ème édition du festival Hip-Hop “Dalah’Sh

La localité de Lobozounkpa au cœur de la musique urbaine


L’espace artistique Le Centre de Lobozounkpa a abrité, du 20 au 22 février 2020, la 5ème édition du festival “Danhomey Land Hip-Hop Show (Dalah’Sh). Cet événement a réuni, dans le rang des artistes du Hip-Hop, des professionnels et les jeunes talents qui sont en essor. Cette édition est finie par un concert qu’ont donné les jeunes et les professionnels de la musique urbaine, samedi 22 février 2020.

« Cet événement est une belle initiative à laquelle je souhaite une longue vie. Nous souhaitons que les autorités aient un regard bienveillant afin que ce projet puisse prendre d’autres dimensions. Nous sommes en nombre restreint, mais je loue l’organisation. Je salue l’initiative et le génie de Mamba Noir », a confié Fo Logozo, artiste de la musique urbaine béninoise. Pour lui, c’est un événement qui permet la rencontre entre la jeune génération et les artistes confirmés de la musique Hip-Hop. Il invite la jeune génération à une éveille de conscience. « La jeune génération est bourrée de talents, mais elle bavarde trop. Il y a trop de guerre de personnes et on pense que c’est en étant arrogant que l’on arrive à être quelqu’un. Cette réalité n’est pas vraie, mais le respect est important. L’entente et l’esprit ouvert sont aussi deux bases essentielles d’un artiste », a-t-il précisé. A l’en croire, les guerres sur les réseaux sociaux et autres n’apportent rien de bon à un homme et pour un artiste qui se veut du respect. « Il est important que la jeune génération donne un bon exemple pour être bien vue à l’extérieur et aussi se faire une bonne promotion. Pour cela, il faut qu’ils se prennent au sérieux. Au cours de ce concert, le public a découvert le talent des artistes jeunes et professionnels. La 5ème édition de cet événement a connu la participation de dix artistes jeunes de la musique Hip-Hop béninoise, un artiste du Burkina-Faso, du Togo et deux artistes béninois confirmés. « Notre objectif est atteint, d’une part. Les éditions précédentes et celle qui prend fin ce soir, nous ont prouvé que nous sommes sur le bon chemin. Même si nous n’avons pas eu un public auquel nous attendions, nous reconnaissons quand même, avoir permis à ces jeunes talents de s’exprimer tout en collaborant avec le public et les professionnels du domaine », a clarifié Auré Kama, artiste rappeur et membre du groupe Mamba Noir. En effet, l’initiative de cet événement est partie d’un constat. « Au niveau des grandes scènes, il y a de cela 2 ou 5 ans, nous ne retrouvons pas les jeunes talents Hip-Hop sur les grandes scènes. Que cela soit des artistes internationaux et même ceux confirmés du Bénin. À travers cet événement, nous avons voulu permettre à ces jeunes talents d’avoir une scène d’expression, de musique et se faire de la matière. Nous voulons que ces jeunes deviennent des artistes confirmés. L’opportunité n’est pas donnée aux jeunes d’accéder à de grandes scènes », a expliqué Auré Kama.
De son côté, Dj Seven, béninois, apprécie la qualité de l’événement. « C’est un événement qui manquait vraiment à la jeune génération. Il y a un bon moment que la musique Hip-Hop a pris un coup au Bénin. Je remercie et je salue, à sa juste valeur, cette initiative », a-t-il fait remarquer.
Rencontre-discussion


Pour cette 5ème édition, plusieurs activités se sont déroulées dans les locaux du Centre. Lancée dans la journée du jeudi 20 février 2020, ladite édition a commencé par une rencontre-discussion et a connu deux invités. Il s’agit d’Amir El Presidente et Kemtan, tous deux intervenants et artistes. Cette rencontre s’est déroulée autour du thème « Comment gérer sa carrière musicale en autoproduction dans le milieu Hip Hop ».
Au cours de ce débat qui a réuni un nombre impressionnant de jeunes artistes et passionnés de la musique urbaine, les échanges ont porté sur les conseils, les informations utiles, les comportements à bannir ou à adopter pour s’autoproduire dans le milieu Hip Hop. Des expériences des deux invités il ressort qu’il n’est pas aisé d’être à la fois artiste et producteur. Au cours de la deuxième journée, un atelier d’écriture Rap/Slam a été organisé et animé par Gopal Das, slameur, Mister Aryx et Hypnoz. Cet atelier a permis aux participants de comprendre les notions de base de la musique et autres aspects importants du domaine.
Les regards sont désormais tournés vers la prochaine édition du festival qui aura lieu dans 6 mois.

Par Julien Tohoundjo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :